Les émotions, une sacrée histoire. Tout parent a en tête une anecdote à raconter sur ce sujet car elles sont nombreuses.
Les crises de nerfs dans le supermarché parce qu’il n’a pas eu de sucette. « Arrête ton cinéma, il y en a plein à la maison. »
Les crises de larmes qui n’en finissent plus parce que Jérémi a dit qu’il ne serait plus son copain. « Ce n’est pas pour de vrai demain, il va jouer avec toi. »
Les peurs de tout et n’importe quoi. « Oui, mais arrête cette araignée elle est plus petite que toi, elle ne va pas te manger.»

 Réguler les émotions de nos enfants n’est pas facile et c’est très éprouvant de se laisser déborder par les nombreuses crises de nos enfants pendant chaque journée, jour après jour.

Avez-vous déjà pensé comme moi ? « Je vais lui tordre le cou à cet enfant-là s’il continue à m’énerver de la sorte ».

Je vais vous exposer mon expérience sur la gestion des émotions de mes enfants et ce que j’ai appris sur celles-ci. Je suis passée d’une maman dépassée, et même agacée par les émotions de mes enfants, à une maman plus sereine, à l’écoute et prête à guider ses enfants face à leurs émotions.

Une maman envahie par les émotions

Il ne se passait pas une journée où je n’ai eu à gérer les pleurs, les conflits fraternels, les colères.
Des pleurs par ci, des conflits par là. Des mauvais comportements à corriger. Maitriser leurs peurs pour être plus fort. Apaiser leurs tristesses pour éviter la peine, modérer leur joie pour ne pas se faire remarquer. Je finissais mes journées, épuisée moralement parce que j’étais dans une quête de prise de pouvoir incessante.
Je me sentais en difficulté pour construire une vie familiale paisible. De plus, je devais faire face à mes propres émotions.

J’ai commencé à m’intéresser à plusieurs auteurs qui ont écrit sur le sujet des émotions. Au fil de mes lectures, je voyais un avenir plus serein.

Au coeur des émotions de l’enfant. Isabelle Filliozat

Émotions quand c’est plus fort que lui. Catherine Aimelet-Périssol et Aurore Aimelet

Ce que j’ai appris sur les émotions

  • Le mauvais comportement de l’enfant est dû à un besoin qui n’a pas été satisfait.
  • Il faut prendre soin de son émotion d’abord avant de vouloir gérer celle de son enfant.
  • Il faut écouter vraiment l’enfant (écoute active)
  • Ne pas minimiser l’émotion de l’enfant par des « mais non c’est rien…« 
  • Trouver des solutions avec lui et non pour lui.
  • C’est l’enfant qui fait face à son émotion, mais il faut être disponible émotionnellement pour le guider.

Grâce à ces deux ouvrages, j’ai une vision plus large sur la manière d’accompagner les émotions de mes enfants. Je me sens plus sereine, car j’ai compris pourquoi et comment ils extériorisent ces différents sentiments.
Elles insistent sur quelques conseils à prendre en compte et des exercices à faire. Il s’agit d’outils ou des pistes de réflexions comme l’écoute active, le temps de pause, reconnaître son émotion et l’exprimer ou encore découvrir le besoin non assouvi. J’en parlerai dans les prochains articles sur la gestion des émotions.
Pour l’instant, j’entame un parcours sur la responsabilité. C’est-à-dire, je suis responsable des émotions que je ressens face aux comportements de mes enfants. Je consigne par écrit les méthodes que j’ai apprises et que j’utilise pour m’amener vers d’avantage d’harmonie familiale.

Avez-vous lu des ouvrages sur la gestion des émotions ? Avez-vous déjà utilisé des outils qui ont marché pour vous et vos enfants ? Donnez votre avis dans les commentaires.

Si vous avez aimé cet article, vous êtes libres de le partager ! :)

Laisser un commentaire